• Français
  • English

Documentation

Large_a56dff27a81fc30f305ed1f99d61c5607fbc7fd8

Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l'Ancien Régime

Petit, Jacques-Guy, Castan, Nicole, Faugeron, Claude, Michel, Pierre et Zysberg, André
Privat
Hommes et communautés
2002
978-2702878200
Plus que la description des marges d’une société, celle de la relation de vie des êtres humains portant marque d’infamie sur l’épaule, l’ouvrage présent s’intéresse aux formes de la détention dans une histoire de France qui déborde le cadre de l’Ancien Régime. Pourquoi le XIIIe siècle ? En ce temps-là, le pouvoir royal se renforce, y compris sur son flanc judiciaire, et mène combat commun avec les forces de l’Inquisition au fait des modalités répressives. Saisie dans ses origines médiévales, la prison n’a pas grand-chose en commun avec celle que nous connaissons : elle peut se résumer à une “ mesure de sûreté ”, retenue préventive pour les hommes en attente de jugement, peine de substitution pour les femmes, enfants et vieillards. C’est avec Jacques Cœur que la répression commence à s’exercer dans les galères. Le besoin de galériens est alors largement subordonné aux nécessités de la guerre de courses en Méditerranée. Lorsque que le rôle de ces vaisseaux faiblit, les bagnes prennent le relais dans les grands ports maritimes : Toulon, Rochefort, Brest. Le XVIIIe siècle marque aussi le terme partiel du règne de l’arbitraire, la durée des sentences est désormais respectée et les règles de fonctionnement de la détention paraissent mieux définies.