• Français
  • English

Documentation

Large_ba0ef765f38e348fd943edb9d1c65589d1b99360

Séparer et punir - Une géographie des prisons françaises

Olivier Milhaud
CNRS
2012
227107391X
La prison est une peine géographique : elle punit des populations détenues en les tenant à distance de leurs proches et en les confinant dans des lieux clos et segmentés. En même temps, le dispositif spatial de la prison cherche à réinsérer le détenu dans la cité, à maintenir ses liens familiaux. D'où un jeu entre distances et proximités, continuités et discontinuités. En dépit de proximités avérées entre la plupart des prisons et les bassins de population ou les voies de communication, les détenus et leurs proches vivent l'incarcération comme une mise à l'écart. Ces distanciations s'accroissent au niveau local : les élus et les riverains interrogés souhaitent souvent éloigner les nuisances des prisons, voire cacher le stigmate carcéral - d'où la délicate insertion des établissements dans leur " territoire d'accueil ". L'espace architectural des prisons accentue cette obsession séparatrice : démarquer le dedans du dehors et séparer les détenus entre eux. La prison se présente donc comme un dispositif de séparation, plus que de relégation : elle coupe les détenus de leurs proches et les empêche de partager un espace commun entre les murs. L'enquête menée par Olivier Milhaud souligne l'inefficacité de ce système, et invite à repenser l'espace de la prison en montrant la difficulté qu'il y a à réinsérer un détenu