• Français
  • English

Documentation

Large_d93b8ead429079c1255db33c6491c9bc2cedee09

L’État et la culture

Caron, Rémi
Economica
1989
978-2717817348
À l'origine de ce livre, une évidence : le rôle considérable, l'influence omniprésente -certains diront : le poids écrasant de l'État dans la vie culturelle française. Protection des monuments historiques, réglementation de l'archéologie, législation sur les droits d'auteur, subventions au théâtre, gestion des musées et des bibliothèques, nomination des responsables de l'Opéra ou des maisons de la culture, contrôle pédagogique de l'enseignement artistique, fiscalité du mécénat : partout se déploie, en un savant système, une intervention administrative, juridique et financière dont l'État est l'ordonnateur principal. Trop d'État ? La question, à vrai dire, est dépassée. Cette vigoureuse action publique dans la vie intellectuelle et artistique, loin d'être née hier de quelque idéologie étatiste contemporaine, est presque inhérente au système politique qui gouverne la France depuis quatre ou cinq siècles, depuis que la Nation s'est construite autour d'un État fort. Quand Louis XIV protégeait Molière contre les censeurs du "Tartuffe", quand le conventionnel Grégoire condamnait les "vandales" coupables d'attenter au patrimoine national, quand André Malraux ouvrait au peuple ses maisons de la culture, ils répondaient à une raison d'État tout autant -et peut- être davantage- qu'ils conduisaient une politique culturelle.