• Français
  • English

Documentation

Large_9fa9a4270cea7f4548194ac2c732fc5c4cdbf043

La comédie de la culture

Schneider, Michel
Seuil
H.C. Essais
1993
978-2020195072
Il y a en France un ministère de la Culture, singularité dans une démocratie. Depuis 1981, ses interventions se multiplient : événements, marchandises, consommations, la culture semble diverse et vivante. N'est-ce pas l'inverse ? La fièvre indique un malaise. Au-delà d'une critique de la culture de cour, avec ses mœurs, grimaces, travers et ridicules, il faut analyser les tensions qui toujours existent entre art et politique, culture et pouvoir. Car, menée par la gauche ou la droite, la politique culturelle recèle des risques.
Les arts ont peut-être le ministère qu'ils méritent, et le ministère les artistes qui le justifient. Que l'art divorce d'avec le sens, la forme, le beau, qu'il ne dise plus rien à personne, qu'il n'y ait plus d'œuvres ni de public, qu'importe, du moment qu'il y a encore des artistes et des politiques, et qu'ils continuent de se soutenir : une subvention contre une signature au bas d'un manifeste électoral.
Le rideau tombe, il faut juger la pièce. Ministère de la Culture ? Non, gouvernement des artistes.
Mais on ne gouverne pas la culture, et elle n'est pas un moyen de gouvernement. Rien n'est pire qu'un prince qui se prend pour un artiste, si ce n'est un artiste qui se prend pour un prince.
M.S.

Michel Schneider a publié plusieurs essais sur l'art, notamment La Tombée du jour. Schumann (Seuil) et Glenn Gould, piano solo (Gallimard).
De 1988 à 1991, il a été directeur de la Musique et de la Danse au ministère de la Culture.