• Français
  • English

Interviews de personnalités

MAH TV - MAF TV
application/pdf (9.04 Ko) Télécharger

Marie-Pierre Dumas,

Directrice de l'association ARAC


Pouvez-vous nous présenter votre projet ?


Notre association est présente à la Maison d’arrêt de Fleury Mérogis depuis 1987. Nous y avons crée plusieurs radios : Radio Sans « L » au Centre des Jeunes Détenus, Radio Décibel et Radio Evasion à la Maison d’Arrêt des hommes, et Radio Meuf à la Maison d'Arrêt des femmes.

Depuis 2003, nous animons des activités audiovisuelles.  Nous avons ainsi accompagné la création des chaînes de télévision interne à la Maison d’arrêt des femmes (MAF TV) et à la Maison d’arrêt des hommes (MAH TV).

Nous sommes présents au Centre de détention de Châteaudun depuis 2008, où nous avons également crée une chaîne de télévision interne : CDC TV.

L’animation du canal vidéo interne nous permet de proposer des activités de formation aux techniques de la communication et aux techniques audiovisuelles.

Chaque semaine, j’interviens en tant qu’animateur-formateur, accompagnée d’un technicien audiovisuel, auprès d’une dizaine de personnes détenues. Avec notre aide, ils écrivent, animent, tournent et montent des émissions télévisuelles qui sont diffusées sur le canal vidéo interne.
Dans un premier temps, les personnes détenues sont formées aux techniques de la communication et de l’information. L’atelier débute par des exercices d’amélioration de  l’expression orale, puis aborde une technique spécifique : animer un débat, conduire une  interview, présenter une émission. L’exercice est d’abord théorique puis trouve une application concrète.
Les personnes détenues animent les émissions du début à la fin : elles  rédigent le conducteur d’après le dossier de presse et conduisent l’entretien avec la personne invitée.

Dans un deuxième temps, les personnes détenues reçoivent une formation technique. Elles participent au tournage et au montage des émissions, supervisées par le technicien audiovisuel. Nous disposons de studios équipés : caméras numériques, mélangeur, tables de mixage, écran. Le montage est assez sommaire car nous ne sommes pas autorisés à utiliser un ordinateur. Cela n’est pas nécessaire car la plupart des émissions sont réalisées dans les conditions du direct.

Ces formations ne sont pas sanctionnées par un diplôme. Elles permettent surtout aux personnes détenues de prendre confiance en elles et de maintenir le lien social avec l'extérieur.

Les émissions sont très complètes, avec plusieurs rubriques. Chacune propose l’interview d’une personnalité invitée à cette occasion. Parmi ces invités, on peut citer Catherine Deneuve, Michel Jonasz, Kassav, Michel Boujenah, Guy Bedos, Gilbert Montagné, Jean-Jacques Goldman, Yannick Noah, Laetitia Casta, Marion Cotillard, Dany Boon, Florence Foresti, Bruno Solo & Yvan Le Bolloc’h, Isabelle Giordano, les Neg’marrons, Bruno Masure, Mireille Dumas, Christophe Hondelatte, PPDA, Thomas Dutronc,etc …
Il est plus difficile de demander aux artistes de se déplacer spécialement au Centre de détention de Châteaudun, situé à une heure et demie de Paris. Nous saisissons donc l’opportunité de leur venue dans le cadre de la programmation de l’espace Malraux de Châteaudun.

À Châteaudun, la programmation comprend des émissions avec invités, des reportages en interne sur les activités sportives et culturelles, des magazines thématiques. L’une des émissions phare est « People Mag » . Dans la rubrique « Fallait pas nous chercher », le présentateur interroge les invités sur un mode impertinent, volontiers provocateur. Abd Al Malik, récemment invité, a été ravi de l’expérience ; jamais on ne lui avait posé de telles questions !


Parlez nous du temps fort que vous organisez chaque année.


Il s’agit du Festival : « Fleury fait son cinéma », parrainé par l'actrice Ludivine Sagnier. Notre association l’organise en partenariat avec le SPIP de l'Essonne, la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, l’association « Lire c’est vivre », et le soutien de la Fondation M6.

La troisième édition s’est déroulée du 5 au 16 mars 2012, en présence du ministre de la Culture et de la Communication.

Neuf films récents étaient en compétition, dont les gros succès "Intouchables" et "La vérité si je mens ! 3". Les projections dans les différentes Maisons d'arrêt (hommes, femmes, jeunes) ont été suivies de débats, avec les équipes des films (acteurs, réalisateurs, mais aussi techniciens) et des spécialistes des sujets abordés.
Les films "Polisse", "Omar m'a tuer", "Présumé coupable" ont donné l’occasion d’un débat sur le  système judiciaire, en présence notamment de Maïwenn, Marina Foïs et des juges pour enfant, de l'avocat Jacques Vergès et du scénariste Olivier Gorce, du réalisateur Vincent Garenq et d'une juge.

Le jury, présidé par Ludivine Sagnier, était composé de sept personnes détenues, dont deux femmes, de deux Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, d’un surveillant pénitentiaire et d’un représentant de l'association « Lire c'est Vivre ».

Le palmarès a été annoncé lors d'une conférence de presse le 16 mars : « Polisse » a été sacré meilleur film, Marina Foïs et Karin Viard se sont partagées le prix d'interprétation féminine, et Sami Bouajila a remporté le prix de l’interprétation masculine pour son rôle dans "Omar m'a tuer". Le prix spécial du jury  a été attribué au film "Intouchables".

C’est valorisant pour les personnes détenues de pouvoir être « acteurs » d’un évènement en tout point identique à un Festival de cinéma organisé à l’extérieur.


Quelles sont vos perspectives ?

 

Malheureusement, nous allons devoir cesser ces activités car notre association est en  cessation de paiement. Les subventions de l'association, dans leur globalité, ont beaucoup baissé depuis trois ans. C’est vraiment regrettable car cela fait vingt-cinq ans que nous développions des projets avec des personnes sous main de justice.