• Français
  • English

Culture et exclusion

Créée en octobre 2000, l’Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme est un espace de mobilisation et de travail où tous ceux qui agissent et peuvent agir au niveau institutionnel et sur le terrain se retrouvent pour prévenir et lutter contre l’illettrisme. Groupement d’intérêt public, structure souple réunissant partenaires publics et privés, elle organise le partage du travail, dans le cadre des compétences et champs d’intervention propres à chacun ; elle n’accorde pas de subventions, mais travaille à produire de la valeur ajoutée à travers un plan d’actions qui conjugue les efforts de tous. Les travaux réalisés dans le cadre du Forum permanent des pratiques permettent d’apporter des réponses concrètes aux problématiques culturelles et aux besoins du terrain. Dès 2004, à l’initiative de l’ANLCI, plus de 600 acteurs issus du monde de la prévention, de l’éducation, de l’animation, de la culture ont travaillé ensemble et partagé les pratiques réussies.

ATD Quart Monde veut contribuer à bâtir une société où chacun sera respecté dans son égale dignité et y aura sa place pleine et entière. Pour cela, il veut donner la priorité aux plus démunis, aux plus exclus : si la société ne se bâtit pas à partir d’eux, ils resteront toujours à la marge ou n’auront accès qu’à des sous-droits ou des droits particuliers. Or, pour réellement détruire la misère et l’exclusion, l'association considère indispensable que chaque personne ait accès aux droits fondamentaux, c’est-à-dire les droits qui permettent de vivre dans cette égale dignité.

Le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale a été créé en 1992 par la loi n° 88-1088 du 1er décembre 1988 modifiée, relative au Revenu minimum d’insertion. Placé auprès du Premier ministre, le CNLE : assiste le Gouvernement de ses avis sur toutes les questions de portée générale qui concernent la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ; assure une concertation entre les pouvoirs publics et les associations, organisations et personnalités qualifiées agissant dans le domaine de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ; anime les réflexions sur la coordination des politiques d’insertion aux plans national et local ; réalise ou fait réaliser, notamment par l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, toute étude nécessaire sur les situations et phénomènes de précarité et d’exclusion sociale ;  fait des propositions sur les problèmes posés par la pauvreté.

En 1947, l’abbé Pierre rachète une maison à Neuilly Plaisance pour en faire une auberge de jeunesse. Il décide de la baptiser Emmaüs, en référence à ce village de Palestine où deux compagnons du Christ ont retrouvé l’espoir. Le mouvement solidaire et laïc Emmaüs, né en 1949, combat concrètement l’exclusion en s'adaptant aux mutations de la misère. Tourné vers la réalité du terrain, il met le travail au cœur de sa pratique et accueille sans restriction ceux qui en ont besoin. Et chaque fois que cela est nécessaire, Emmaüs intervient de manière libre dans le débat public en opposant ses propres pratiques.

La Fédération des centres sociaux et socioculturels de France est à la tête du réseau des 1 000 centres sociaux qui lui sont affiliés. Les centres sociaux se réfèrent à 3 valeurs fondatrices : la dignité humaine, la solidarité et la démocratie.

Depuis plus de 50 ans, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale regroupe des associations de solidarité et des organismes qui sont au service des plus démunis. La FNARS est un réseau généraliste qui lutte contre les exclusions, promeut le travail social et ouvre des espaces d'échanges entre tous les acteurs du secteur social.

La Fnasat-Gens du voyage (Fédération nationale des associations solidaires d'action avec les Tsiganes et les Gens du voyage) a vu le jour en décembre 2004. Elle fédère plus de 80 associations et organisations de la France entière.

La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités et d’assurer leur défense, quelles que soient leur nationalité, leur position politique ou religieuse. Chaque année, la Cimade accueille et accompagne plusieurs dizaines de milliers de migrants et de demandeurs d'asile. Face à une législation toujours plus complexe et restrictive, la Cimade apporte son expertise et ses conseils aux étrangers afin qu'ils puissent faire respecter leurs droits. Intervenant dans les centres de rétention administrative, elle est chargée par les pouvoirs publics d'une mission d'accompagnement et de défense des droits des étrangers contraints de quitter le territoire. Et parce qu'accueillir l'étranger c'est également comprendre d'où il vient, la Cimade soutient des partenaires dans des pays du Sud autour de projets liés à la défense des droits fondamentaux, à l'aide aux réfugiés ou à l'appui aux personnes reconduites dans leur pays.

Parce que même lorsque l’on est démuni, on doit avoir accès à des conditions d’habitat dignes et décentes, sans lesquelles aucun projet de vie ne peut s’envisager, la Fondation Abbé Pierre agit pour que les plus défavorisés trouvent à se loger dignement et durablement. La promotion d'actions culturelles dans les quartiers contribuant à la reconnaissance des habitants et à l'amélioration de leurs conditions de vie, agir contre le mal-logement, c'est aussi agir contre le mal-habiter.

Fondé en 1946, le Secours Catholique-Caritas France est un service de l’Église catholique, membre de la confédération Caritas Internationalis. Association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d’utilité publique, le Secours Catholique gère un budget annuel de 130 M€. Il fédère un réseau de 65 000 bénévoles pour « apporter, partout où le besoin s’en fera sentir, à l’exclusion de tout particularisme national ou confessionnel, tout secours et toute aide directe ou indirecte, morale ou matérielle, quelles que soient les options philosophiques ou religieuses des bénéficiaires » (extrait des statuts, art. 1).

Né en 1945, le Secours populaire est une association à but non lucratif, déclarée Grande cause nationale. Elle s'est donné pour mission d’agir contre la pauvreté et l'exclusion en France et dans le monde. Elle rassemble des personnes de toutes opinions, conditions et origines qui souhaitent faire vivre la solidarité. En France, le SPF est particulièrement attentif aux problèmes d’exclusion : sur le court terme, par une solidarité d’urgence basée sur l’alimentaire, le vestimentaire. L’hébergement d’urgence ou l’orientation vers une structure de soins restent aussi au cœur des préoccupations du Secours populaire. Le SPF accompagne également sur la durée, les personnes et familles dans leurs démarches et leurs droits : accès au logement, à la santé, aux vacances, à la culture et aux loisirs, au sport, à l’insertion professionnelle.

Fondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur sont une association loi de 1901, reconnue d'utilité publique, sous le nom officiel de « les Restaurants du Cœur - les Relais du Cœur ». Ils ont pour but « d'aider et d'apporter une assistance bénévole aux personnes démunies, notamment dans le domaine alimentaire par l'accès à des repas gratuits, et par la participation à leur insertion sociale et économique, ainsi qu'à toute l'action contre la pauvreté sous toutes ses formes ». Près de 25 ans plus tard, ce sont 100 millions de repas qui sont distribués par l’association (2008-2009). Les Restos du Cœur ont malheureusement largement franchi la barre d’un milliard de repas servis depuis leur création…