• Français
  • English

Animation et échanges avec professionnels

Jacques Froger, Clair Obscur

 

Pouvez-vous nous présenter votre projet ?
Clair Obscur est une association fondée en 1988, dont l’objectif est de promouvoir le cinéma et l’audiovisuel auprès de tous les publics sur l’ensemble du territoire de la région Bretagne.

Cela fait six ans que nous menons des actions auprès des personnes placées sous main de justice.

Au début, nous intervenions à la Maison d’arrêt de Rennes, notamment auprès du public mineur. Depuis 2009, nous poursuivons nos actions au nouveau Centre pénitentiaire de Vezin.

La fréquence et la nature de nos activités évoluent d’une année à l’autre, en fonction des crédits accordés. Elles sont cependant plus régulières depuis que la Ligue de l’Enseignement d’Ille-et-Vilaine a pris en charge la gestion des activités culturelles de l’établissement.

 

Quels ateliers proposez-vous?

De façon plus ponctuelle encore, nous proposons des ateliers de réalisation de films.

Nous privilégions le cinéma d’animation, de dessins ou de volumes, qui nous semble plus adapté aux contraintes carcérales que les prises de vue réelles.

Contrairement aux ateliers de programmation, ils se déroulent sur un temps plus concentré: une séance de deux heures par jour pendant une semaine. Ils ont souvent lieu en période de vacances scolaires.

À Clair Obscur, nous n’avons pas de compétences techniques audiovisuelles, donc nous faisons appel à un réseau de techniciens, opérateurs ou metteurs en scène amis. Nous pensons que c’est une chance pour les personnes détenues de rencontrer d’autres personnes de l’extérieur, et notamment des professionnels qui prennent part à des projets de réalisation d’envergure. En début de séance, il y a toujours un temps d’échange autour de ces expériences professionnelles, et cela intéresse beaucoup les personnes détenues.  

L’atelier débute par la présentation d’exemples de ce qui peut être fait en termes de réalisation. Il y a ensuite un gros travail d’écriture, pour lequel les participants sont rarement motivés. Puis,  ils abordent avec d’avantage d’enthousiasme la phase d’ « action », c’est-à-dire la confection des décors et leur animation.

Lorsque le temps nous le permet, nous proposons une initiation aux techniques du montage, mais le plus gros du travail est effectué par les intervenants à l’extérieur.

Nous avons produit trois films. L’un d’entre eux, réalisé par Vincent Melcion, a été édité par Kyrnéa pour Passeurs d’images. C’est un film d’animation en papier découpé, qui parle de la relation mère-fille à travers l’histoire d’une poupée animée.

Jacques Froger et le Festival Traveling

Jacques Froger et Ateliers de programmation